52 Listes

PNNS

Shopping - Casse tête

Un projet éditorial, projet pilote, mené sous la direction de Danièle Mischlich, médecin de Santé publique, chargée de mission à la DRASSIF et également référente PNNS, ainsi que Valérie Adt, sociologue, rattachée au Centre Edgar-Morin (EHESS-CNRS).
But de l'opération : améliorer les pratiques alimentaires, en intervenant directement sur les pratiques d'approvisionnements.

  • conception,
  • rédaction,
  • illustration &
  • maquettage

Depuis une dizaine années, l’alimentation est l’objet d’un intérêt renouvelé de la part des institutions sanitaires publiques françaises, en particulier du fait de l’augmentation de la prévalence de l’obésité dans le monde, qualifiée par l’Organisation mondiale de la Santé de « première épidémie non infectieuse de l’humanité ».

Tout comme l’écologie, il s’agit d’un sujet tellement traité et médiatisé, qu’il peut sembler à première vue épuisé : que celui qui n’a jamais entendu parler des fameux « cinq fruits et légumes par jour » me jette la première tomate. Via le Programme national Nutrition- Santé (PNNS), le ministère de la Santé est à l’initiative, entre autres, d’une vaste campagne d’information du grand public sur les bienfaits d’une alimentation variée et riche en fruits et légumes : « Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour ! » et « Mangez/bougez ! », ainsi que sur les risques d’une alimentation trop grasse, sucrée et salée.

Au niveau régional, la DRASSIF (Direction régionale des Affaires sanitaires et sociales d’Île-de-France) a initié un projet-pilote et mis en place un groupe de réflexion intitulé « Restauration collective dans les collèges ». L’ensemble du programme a été conçu en regard de l’un des objectifs définis par le PNNS : agir sur l’offre alimentaire.
En plus de l’axe « approvisionnement », représenté par le projet sur lequel je travaille, ce programme est doté d’un axe « restauration scolaire » destiné aux personnels de restauration d’une vingtaine de collèges d’Île-de-France. Il comprend trois étapes : formation, évaluation, et guide de bonnes pratiques.

Danièle Mischlich, médecin de Santé publique, chargée de mission à la DRASSIF et également référente PNNS, et Valérie Adt, sociologue, rattachée au Centre Edgar-Morin (EHESS-CNRS) sont à l’origine de ce projet-pilote.

Le projet « 52 listes » constitue son dernier volet. Ce guide sera distribué aux élèves au sein de leur école.
Il s’agit donc de réaliser un « bloc-liste de courses » composé de 52 listes « prêtes à cocher », détachables, à raison d’une par semaine, et de profiter de ce support pour prodiguer des informations et des recommandations nutritionnelles. La cible privilégiée est le consommateur « à budget restreint ».

Le projet éditorial qui constitue la commande est un objet multi-facettes. Tout d’abord et avant tout, c’est un objet fonctionnel, une liste de courses, et on mise sur cette praticité pour le rendre indispensable. Mais il convient de faire passer un autre message : une éducation à la consommation et à l’alimentation. L’objet fonctionnel va donc servir aussi de support pédagogique.
Il s’agissait de réaliser un objet éditorial fondé sur un constat qui préoccupe les autorités sanitaires : les répercussions de l’alimentation des Français sur leur santé.

da fox

contact@dafox.co

dafox.co 2017  |  mentions légales  |  vimeo